Sing me a song
Thomas Balmès

DATE
Samedi 22 MAI ~ 14H
Mardi 25 MAI ~ 18H30
+ Rencontre-débat avec Anthony Laurent
Jeudi 27 MAI ~ 10H

DURÉE
1h39

INFOS
Dès 13 ans
France / Suisse :: 2020 :: VOST

LIEU
Cinéma Confluences
Sablé-sur-Sarthe

TARIFS
De 4,90€ à 7,50€

« Le film raconte avec subtilité comment l’occidentalisation des esprits prend le pas sur la vie spirituelle. »

Ouest France

RENCONTRE-DÉBAT

À l’issue de la projection Sing me a song, Anthony Laurent, co-créateur et rédacteur en chef de Sciences Critiques, animera une rencontre-débat sur les risques liés à une surutilisation des écrans, notamment pour les enfants.

Le jeune Peyangki vit et étudie dans un monastère traditionnel au Bhoutan. Au pays du bonheur, l’arrivée récente d’internet entraîne d’importants bouleversements. Les rituels des moines entrent en concurrence avec la nouvelle addiction aux smartphones. Sur WeChat, Peyangki tombe amoureux d’une jeune chanteuse. Succombera-t-il à la romance et aux tentations de la ville ou restera-t-il au monastère ?

 

Après avoir obtenu un diplôme de l’Institut Supérieur d’Etudes Cinématographiques, Thomas Balmès crée sa propre société de production TBC Productions en 1992 à l’âge de 23 ans. Il décide alors de s’engager dans la réalisation de films documentaires. La même année, il produit son premier documentaire Par-delà les nuages du réalisateur Italien Michelangelo Antonioni qui est sélectionné au Festival du Film Américain de Los Angeles et à la Mostra de Venise. De nombreuses co-productions lui permettront de produire des films récompensés dans plusieurs festivals internationaux. Thomas Balmès parcourt le monde avec sa caméra en abordant surtout le thème de la suprématie de la culture occidentale. Il renouvèle le genre du cinéma ethnographique en soulevant des problématiques contemporaines. En 1996, Bosnia Hôtel présente des guerriers Samburus envoyés par les Nations unies en Bosnie comme casques bleus chargés de ramener la paix. Entre 1998 et 2002, Thomas Balmès tourne la trilogie L’évangile selon les papous, En attendant Jésus et En attendant Jésus, l’évangile selon les papous. Récompensés à maintes reprises, les trois documentaires ont reçu entre autres le Prix du meilleur film ethnographique à Jérusalem en 2000, ou celui du Meilleur long métrage documentaire au Festival de Nyon en 2001. Avec Une entreprise comme il faut (Nokia), sorti en 2005, Thomas Balmès dénonce la corruption, les droits de l’homme bafoués, l’hygiène et le logement négligés, dans l’usine de la marque délocalisée en Chine. Sélectionné dans plus de quarante festivals, le film gagne le prix Europa à Berlin en 2005. Son documentaire Bébés est sorti aux États-Unis en Mai 2010 sur 543 écrans puis dans plus de 60 pays pour se hisser dans le top 15 des plus gros succès documentaires en salles avec un grand succès critique particulièrement aux États-Unis. Happiness, suit les derniers jours d’un village au Bhoutan avant l’arrivée de la télévision. Le film, sélectionné dans plus de 60 festivals en 2014-2015, a remporté de nombreux prix, dont le Prix de la meilleure cinématographie à Sundance 2014. Quelques années plus tard, Thomas Balmès décide de retourner au Bhoutan et de filmer à nouveau le jeune Peyangki, désormais devenu adolescent. Depuis son dernier film, l’accès à internet s’est largement répandu au Bhoutan : Sing me a Song confronte ainsi modernité et tradition, tout en questionnant notre rapport aux écrans. Ce film a été sélectionné dans de nombreux festivals, notamment le Toronto International Film Festival, DOC NYC et le Festival international du film documentaire d’Amsterdam en 2019.

DATE
Samedi 22 MAI ~ 14H
Mardi 25 MAI ~ 18H30
+ Rencontre-débat avec Anthony Laurent
Jeudi 27 MAI ~ 10H

DURÉE
1h39

INFOS
Dès 13 ans
France / Suisse :: 2020 :: VOST

LIEU
Cinéma Confluences
Sablé-sur-Sarthe

TARIFS
De 4,90€ à 7,50€

Le jeune Peyangki vit et étudie dans un monastère traditionnel au Bhoutan. Au pays du bonheur, l’arrivée récente d’internet entraîne d’importants bouleversements. Les rituels des moines entrent en concurrence avec la nouvelle addiction aux smartphones. Sur WeChat, Peyangki tombe amoureux d’une jeune chanteuse. Succombera-t-il à la romance et aux tentations de la ville ou restera-t-il au monastère ?

 

Après avoir obtenu un diplôme de l’Institut Supérieur d’Etudes Cinématographiques, Thomas Balmès crée sa propre société de production TBC Productions en 1992 à l’âge de 23 ans. Il décide alors de s’engager dans la réalisation de films documentaires. La même année, il produit son premier documentaire Par-delà les nuages du réalisateur Italien Michelangelo Antonioni qui est sélectionné au Festival du Film Américain de Los Angeles et à la Mostra de Venise. De nombreuses co-productions lui permettront de produire des films récompensés dans plusieurs festivals internationaux. Thomas Balmès parcourt le monde avec sa caméra en abordant surtout le thème de la suprématie de la culture occidentale. Il renouvèle le genre du cinéma ethnographique en soulevant des problématiques contemporaines. En 1996, Bosnia Hôtel présente des guerriers Samburus envoyés par les Nations unies en Bosnie comme casques bleus chargés de ramener la paix. Entre 1998 et 2002, Thomas Balmès tourne la trilogie L’évangile selon les papous, En attendant Jésus et En attendant Jésus, l’évangile selon les papous. Récompensés à maintes reprises, les trois documentaires ont reçu entre autres le Prix du meilleur film ethnographique à Jérusalem en 2000, ou celui du Meilleur long métrage documentaire au Festival de Nyon en 2001. Avec Une entreprise comme il faut (Nokia), sorti en 2005, Thomas Balmès dénonce la corruption, les droits de l’homme bafoués, l’hygiène et le logement négligés, dans l’usine de la marque délocalisée en Chine. Sélectionné dans plus de quarante festivals, le film gagne le prix Europa à Berlin en 2005. Son documentaire Bébés est sorti aux États-Unis en Mai 2010 sur 543 écrans puis dans plus de 60 pays pour se hisser dans le top 15 des plus gros succès documentaires en salles avec un grand succès critique particulièrement aux États-Unis. Happiness, suit les derniers jours d’un village au Bhoutan avant l’arrivée de la télévision. Le film, sélectionné dans plus de 60 festivals en 2014-2015, a remporté de nombreux prix, dont le Prix de la meilleure cinématographie à Sundance 2014. Quelques années plus tard, Thomas Balmès décide de retourner au Bhoutan et de filmer à nouveau le jeune Peyangki, désormais devenu adolescent. Depuis son dernier film, l’accès à internet s’est largement répandu au Bhoutan : Sing me a Song confronte ainsi modernité et tradition, tout en questionnant notre rapport aux écrans. Ce film a été sélectionné dans de nombreux festivals, notamment le Toronto International Film Festival, DOC NYC et le Festival international du film documentaire d’Amsterdam en 2019.

« Le film raconte avec subtilité comment l’occidentalisation des esprits prend le pas sur la vie spirituelle. »

Ouest France

RENCONTRE-DÉBAT

À l’issue de la projection Sing me a song, Anthony Laurent, co-créateur et rédacteur en chef de Sciences Critiques, animera une rencontre-débat sur les risques liés à une surutilisation des écrans, notamment pour les enfants.

Soyez informé de notre actualité !

En vous inscrivant à notre bulletin d'actualité, vous recevrez par email toutes nos informations. Nous portons une attention particulière à ne communiquer que lorsque cela est nécessaire et à ne pas surcharger vos boites email !

Merci pour votre soutien ! Vous allez recevoir un email de confirmation pour valider votre demande. Pensez à vérifier dans vos spams !

Covid-19 : L'Entracte vous informe

 

Chères spectatrices, chers spectateurs,

Nous espérons que ce message vous trouve, vous et vos proches, en bonne santé. En cette période inédite, toute l’équipe de L’Entracte tient à apporter un message de solidarité et de soutien aux personnels soignants, aux personnes impactées par la maladie et aux travailleurs qui continuent à subvenir aux besoins essentiels de tous.

C’est une situation particulière que nous vivons depuis plusieurs semaines. À ce jour, nous avons dû annuler les représentations programmées jusqu’au 15 avril 2020. Seul le spectacle Les habits neufs de l’Empereur a pu être reporté au 12 juin. Nous vous annonçons aujourd’hui qu’en raison de la situation de pandémie du COVID 19,  L’Entracte et le Centre Culturel sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Dans ce cadre, nous ne maintiendrons pas les séances du Cinéma du Mercredi des 29 avril et 6 mai, ainsi que la soirée La Grande Entracte prévue le samedi 2 mai 2020.

Le formulaire de remboursement est disponible sur notre site Internet sur la page saison. Nous traitons les courriers dans les meilleurs délais et vous remercions pour votre patience.

D'autres annonces arriveront peut-être mais sachez que nous sommes mobilisés pour vous permettre, après cette période de confinement, de partager ensemble des moments spectaculaires et festifs. Toute l'équipe travaille pour préparer les festivals d'été mais également la Saison 20-21 qui permettront de nous retrouver.

Nous avons hâte !

L'équipe de L'Entracte

Merci pour votre message !